Aujourd'hui, votre soutien est précieux !

ON M'A AVERTI DE ME TAIRE,

 MAIS JE NE POUVAIS ME RÉDUIRE AU SILENCE.

 JE DEVAIS FAIRE QUELQUE CHOSE ! 

Bouleversé...

Jack est le témoin d’une terrible injustice. Il dénonce un trafic d’enfants, enlevés pour être prostitués ou adoptés de force.

 

« Leurs mères se roulaient par terre disant qu’elles avaient perdu leurs enfants. Lorsqu’elles sont allées rendre visite à leurs enfants dans ce qu’elles pensaient être une maison d’accueil, mais qui était en fait un foyer d’adoption, les enfants avaient disparu. (…)

 

« On m’a averti de me taire, mais je ne pouvais pas me réduire au silence. J’ai continué à révéler ce qu’ils avaient fait et la liste des enfants disparus.»

 

J’ai dit « Je dois faire quelque chose, mais je sais que quoi que nous fassions, nous serons finis… Cette clinique et tout le reste. »

 

« Finalement, j’ai été déporté et ils ont tout saisi et tout fermé. »

 

Jack est expulsé du Bangladesh en 1979.

Suite à un appel entendu à la radio, Jack part au Bangladesh qui sort alors totalement dévasté d’une terrible guerre civile : 2 millions de morts, 200’000 viols, 10 millions de réfugiés.

 

« Il y avait une ONG à Dublin qui recrutait du monde pour le Bangladesh – juste après la guerre. (…) Ils ont lancé un appel à la radio irlandaise à Dublin et j’écoutais par hasard la radio durant ma pause de midi à l’hôpital. Ils recherchaient des infirmières et des médecins. Sous l’impulsion du moment, j’ai décidé d’y aller.

 

J’y suis resté pendant 7 ans. »

Devant l’horreur des camps de réfugiés, Jack est bouleversé.
Cette expérience le marquera à jamais.

 

 « Lorsque je suis arrivé au Bangladesh et que je suis allé dans un camp de réfugiés pour la première fois, j'étais dévasté...

La scène était complètement incroyable et j’ai dit à ce moment
« les gens dans ces camps ici au Bangladesh, ils sont comme les Juifs en Allemagne ». Leurs conditions de vie étaient aussi terribles que dans les camps de concentration…  Je veux dire, ils n’ont jamais eu de chambres à gaz, mais la façon dont ils vivaient dans des conditions sordides avec de gros problèmes de malnutrition… Ces conditions étaient atroces, principalement pour les femmes et les enfants. Ces gens mourraient dans des eaux croupies.
Alors j’ai dit que c’était comme les Juifs en Allemagne et la guerre… le même genre de situation… en temps de paix au Bangladesh. »

 

Il travaille donc auprès d’une ONG dans les camps et met sur pied une ferme communautaire dans laquelle il installe rapidement un orphelinat.

BOULVERSÉ
1972
EXPULSÉ
1965 - La révélation

Deviens médecin !

1972 - Le Bangladesh

L'horreur d'un conflit...

1930 - Les origines

De Manchester à Dublin...

1979  Les rues de Calcutta

La Street medicine...

1991 - Calcutta Rescue

L'ONG des oubliés...